L’association Un été 44 ouvre les bunkers de la Pointe du Roc tous les samedis et dimanches de l’été. L’occasion pour les visiteurs de pénétrer dans une construction militaire investie par les Allemands durant la Seconde Guerre mondiale aujourd’hui transformée en musée.

Les bunkers de la Pointe du Roc sont ouverts au public tous les week-ends cet été à Granville.©Benoit.Croisy

Sébastien Fievet, responsable technique, et Jean-Louis Dumetz, président.

Jean-Louis Dumetz est fier de la dernière acquisition d’Un été 44 : le rapport original de la reconstruction du port de Granville.

Douze bénévoles d’Un été 44 se relaient pour accueillir les visiteurs dans le respect des mesures sanitaires tous les samedis et dimanches, de 10h à 18h, depuis le 11 juillet. « Nous allons fonctionner ainsi jusqu’à mi-septembre », indique Jean-Louis Dumetz, président de l’association.

L’entrée est dorénavant payante. « Nous l’avons fixé à 1€ symbolique, poursuit l’ancien militaire. Les recettes des visites servent à financer les travaux que nous réalisons ici. »

L’organisation à but non lucratif aimerait notamment étanchéiser le toit d’une partie du grand bunker qui « prend l’eau ». 


Une acquisition précieuse

Dans une vitrine située au centre de ce mini musée bien rempli trône le rapport original de la reconstruction du port de Granville (1944). « C’est LA pièce phare de l’exposition ! », assure Frédéric Bodé, secrétaire et trésorier de l’association. « On apprend dans ce rapport que 500 prisonniers de guerre ont travaillé avec le génie américain à sa reconstruction », poursuit Jean-Louis Dumetz. À côté de ce document précieux : le casque du sergent Novell mort accidentellement pendant ces travaux.

Le blockhaus qui accueille vitrines et reconstitutions est de plus en plus fourni. « Nous avons énormément étoffé la collection, raconte le féru d’histoire. Nous disposons de plus d’objets de Granville et de sa région proche. Nous tenons à conter à nos visiteurs l’histoire de ce territoire. »


Un livre et une statue

« En septembre, on va créer, avec Philippe Letouzet, le cercle d’historiens amateurs de Granville, indique Jean-Louis Dumetez. Notre souhait est de couvrir la période de la Grande Guerre et l’histoire de Granville, de sa création à aujourd’hui. Nous envisageons de créer un ouvrage commun à partir du fonds de documents photographiques que nous avons déjà. »

Le président d’Un été 44, qui est aussi président de la Fondation Patton pour la France, ne manque pas d’idées pour « booster le devoir de mémoire ». Lancement de produits dérivés locaux, création d’un événement annuel et érection d’une statue du Général Patton pointant un doigt vers la baie du Mont Saint-Michel sur l’un des blockhaus de la Pointe du Roc… Jean-Louis Dumetz est sur tous les fronts !

Les bunkers de la Pointe du Roc sont ouverts au public tous les week-ends cet été à Granville.©Benoit.Croisy

Plusieurs soldats grandeur nature sont exposés.

Le lieu regorge d’objets prêtés, donnés et acquis.

SNSM

L’intégralité de la recette réalisée par l’association pendant le week-end du Grand Pardon de la mer et des corporations sera reversée à la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) Granville – Chausey.

Les bunkers de la Pointe du Roc sont ouverts au public tous les week-ends cet été à Granville.©Benoit.Croisy

Les visiteurs découvriront une exposition sur la Libération de Granville vendredi 31 juillet, samedi 1er et dimanche 2 août 2020, à l’occasion de son 76e anniversaire (31 juillet 1944).

400

Chaque week-end, les bénévoles de l’association Un été 44 accueillent en moyenne 400 visiteurs différents. « Nous sommes étonnés par le nombre de jeunes gens passionnés par cette partie de notre histoire », assure Jean-Louis Dumetz.

Les bunkers de la Pointe du Roc sont ouverts au public tous les week-ends cet été à Granville.©Benoit.Croisy

Plusieurs reconstitutions sont à découvrir dans le grand bunker qui se visite.